info dernière

CORONAVIRUS

Les dernières mesures gouvernementales, et la sagesse, nous contraignent à annuler la conférence de mardi 17 mars 2020 de Monsieur Guillaume KOSMICKI ainsi que l'atelier informatique qui devait avoir lieu le même jour.

Nous vous tiendrons informés de la reprise de nos activités.

La sortie prévue à Tréguier le 24 mars EST  POUR L'INSTANT ANNULEE.

La conférence du 31 mars est pour l'instant maintenue, mais pourrait aussi être reportée ou annulée.

 

Merci  de consulter le site pour vous tenir informés

Sortie d'une journée ,en covoiturage , à Tréguier .

Le mardi 24 mars prochain ,
Au programme , visites guidées de la ville et de la cathédrale .
Déjeuner dans un restaurant de Tréguier ( chacun paie son repas).
Rendez-vous à 8h précises sur le parking de l'Estran, le mardi 24 mars.
Participation demandée : 3€.
Inscriptions : au plus tard mardi 17mars et préciser si on peut être chauffeur .

Sortie annuelle de l'UTL

Promenade au Pays de Chateaubriand             *********** mardi 26 mai 2020 ***********

Programme de la journée 

7 h 45 Rendez -vous sur le parking de l'Estran à BINIC

 

8 h 00 Départ du car 9 h 30 Arrivée à COMBOURG 

 

Petit-déjeuner au « Voyageur Café » avec viennoiseries artisanales, café, jus d'orange BIO ...... 

 

De 10 h 00 à 12 h 00 Visite guidée du Château et promenade libre dans le Parc. 

 

12 h 15 Déjeuner à « l'Hôtel Restaurant du Lac » au bord du « Lac Tranquille ».

 

14 h 00 Départ en direction de DOL Visite guidée de la ville

(« Dol-de-Bretagne La Mystérieuse »): voyage original à la découverte des secrets de la cité. 

 

Visite guidée de la cathédrale Saint-Samson et du CathédralOscope (musée unique en France ;

découverte des mystères des cathédrales et de leurs bâtisseurs). 

 

18 h 00 Départ de DOL 18 h 15 Arrêt au MONT-DOL (Ascension à pied pour les volontaires )

 

19 h 00 Retour vers BINIC ; arrivée prévue à 20 h 30. 

 

Prix de la journée : 65 €

plus de détails : cliquer sur les icônes ci-dessous

Menu
58.4 KB
MENU.pdf
Combourg 2
59.4 KB
COMBOURG_2.pdf
Combourg 1 1
72.1 KB
COMBOURG_1_1_.pdf

Notre assemblée générale

L'assemblée générale de l'utl sud-Goëlo a eu lieu le 5 novembre, le public était au rendez-vous malgré des conditions climatiques peu favorables, merci à nos adhérents qui n'ont pas hésité à affronter les éléments.

Le renouvellement du Conseil d'administration voté à l'unanimité propose de nouvelles têtes, remercions les administrateurs qui ont œuvré au sein du conseil et  qui nous quittent, c'est ainsi, c'est la vie normale d'une association; et souhaitons la bienvenue aux nouveaux qui vont désormais poursuivre  l'aventure de l'utl.

Le nouveau conseil d'administration s'est réuni pour élire le bureau qui est désormais constitué :


Président : Jean Pierre Vidaman

Vice-président : Marc Nouaille

Secrétaire : Gérard Drevet; Secrétaire adjoint et webmaster  : Jean Pierre Baudouin

Trésorière : Bernadette Gallet; Trésorière adjointe : Anne-Marie Pesset.

 

Conseil d'administration : 

  Dominique Choplin, Bernadette Gallet, Anne-Marie-Pesset, Jean-Pierre Vigneron, Marie-Thérèse Raux, Martine Chevance, Marc Nouaille, Nicole Battas, Jean-Pierre Baudouin, Raymond Boscher, Louis-Pierre Brasselet, Gérard Drevet, Rose Lotoux, Maryvonne Moro, Marie-France Prévost, Antoinette Trémel, Jean Pierre  Vidaman.

Le conseil est composé de 17 membres élus jusqu'à la prochaine assemblée générale.


la conférence d'Eric Fottorino le  24 septembre

Nous avons eu l'honneur et le plaisir d'accueillir M Eric Fottorino pour une conférence éminemment d'actualité puisqu'elle portait sur l'indépendance de médias.

Existe-t-il de médias indépendants ?

La question peut paraître provocatrice mais, hormis sans doute le  "canard enchainé" et quelques rares autres, force est de constater que l'indépendance des médias est illusoire.

Dépendance économique, dépendance politique, parfois les deux, voilà la réalité, et c'est une question grave, puisqu'il en va de notre libre-arbitre et des choix que nous pouvons avoir en matière de consommation mais aussi de démocratie. M Fottorino, dont l'expérience, notamment en qualité de directeur du "Monde", un journal de référence, n'est plus à démontrer a su nous expliquer comment la presse s'est "suicidée" dans  les années 80 puis 90 en acceptant de se livrer, sans contrepartie aux GAFA (qui ne l'étaient pas encore... ). Il nous a raconté comment se faisait un journal, quelles étaient les exigences des rédacteurs pour "produire"  une information de qualité.

Travail, travail, et encore travail.

L'entrée de la publicité dans le journalisme a sans doute été le cheval de Troie qui est en train de le détruire, mais avec notre complicité, car ne l'oublions pas, ce sont les lecteurs qui font vivre un journal. Alors quid des gratuits qui ont envahi l'espace de la presse, tuant les kiosquiers, et la chaine de distribution mais surtout instillant dans l'esprit des lecteurs qu'il était possible d'offrir gratuitement une information qui avait un coût. La généralisation de cette gratuité (hormis quelques réfractaires comme "Mediapart") d'une presse ravalée au rang de caisse de résonance a précarisé le métier de journaliste et par voie de conséquence abaissé le niveau d'exigence des rédacteurs (qui ne sont plus parfois capables d'écrire en français correct) mais aussi a contribué à rendre perméable la séparation entre ce qui était autrefois le quatrième pouvoir et les autres pouvoirs  (économique et politique), jusqu'à en devenir leurs porte-parole obséquieux . A qui la faute ? A nous tout d'abord, nous qui sommes devenus des consommateurs à défaut d'être des citoyens, à nous qui voulons du "gratuit" quand toute chose a un coût, et l'information plus que tout.

Aux professionnels de la presse qui ont cru que la diffusion de leurs informations devait obligatoirement passer par le Net, et surtout cru aux promesses des GAFA qui leur faisaient miroiter des retombées financières qui ne  sont jamais venues.

Il fut un temps où le directeur du "Monde" refusait au nom de la liberté du journal, les subventions que l'Etat, c'est-à-dire le pouvoir en place lui offrait. Ce temps est révolu, désormais la presse a besoin des subventions, mais ce sont les "grosses"machines qui en bénéficient  empêchant ainsi l'émergence de  médias de qualité, diffusant une information vérifiée, fouillée qui permettrait de se faire une opinion raisonnée. M Fottorino nous a informés, désormais à nous de jouer !

Bonne nouvelle  : notre utl semble intéresser du monde,

et quel monde, puisque nous sommes vus par des internautes des Etats-Unis (Illinois et Maryland), d'Allemagne, des Pays-Bas et de Suisse.

Nous saluons nos amis (expatriés ? ) ils peuvent nous contacter s'ils le désirent(page contact) et nous les invitons cordialement à nous faire partager un peu de leur quotidien.